Venez célébrez L'ADORATION DU SAINT-SACREMENT du lundi au jeudi de 17h à 18h, le vendredi de 17h à 18h45 et le samedi de 16h45 à 17h40 ...
Venez célébrez L'ADORATION DU SAINT-SACREMENT du lundi au jeudi de 17h à 18h, le vendredi de 17h à 18h45 et le samedi de 16h45 à 17h40 ...
 

Homélie du 1 janvier

     Un nouveau jour se lève, une nouvelle année commence, une nouvelle vie germe, c’est le triomphe de la paix et de l’amour du prochain !

     Nous commençons aujourd'hui une nouvelle année et l'espérance chrétienne nous prend par la main ; nous la commençons en invoquant sur elle la bénédiction divine et en implorant, par l'intercession de Marie, Mère de Dieu, de Sainte Thérèse, Zélie et Louis, le don de la paix et de l’amour du prochain : pour nos familles, pour nos villes, pour le monde entier. C'est par ce vœu que je vous salue tous, ici réunis pour cette Eucharistie, pour cette action de grâce.

     En ce quatrième jour de notre neuvaine nous voulons aussi remercier le Seigneur pour sa sollicitude paternelle sans cesse renouvelée au cours de l’année écoulée, pour tant de bienfaits accordés ; pour les joies partagées mais aussi pour les souffrances endurées. En disant au Seigneur notre gratitude et reconnaissance filiale en ce premier jour de l’an, l’occasion nous est donnée d’élever notre prière commune afin que ce Dieu d’amour ne cesse de nous consolider dans sa paix et d’ouvrir nos cœurs à l’amour du prochain.

     La paix. Dans la première Lecture, tirée du Livre des Nombres, nous avons écouté l'invocation : "Que le Seigneur t'apporte la paix " (6, 26); que le Seigneur accorde la paix à chacun de vous, à vos familles, qu’Il vous prenne en grâce, qu’Il vous bénisse et que son visage s’illumine pour chacun de vous. Sainte Thérèse a su vivre dans cette grâce qui sans cesse a fait rayonner sa vie, et au-delà des difficultés, Zélie et Louis furent absorbés par cette paix du Seigneur qui leur permit de s’ouvrir aux autres.

     Nous aspirons tous à vivre dans la paix, mais la paix véritable, celle annoncée par les anges la nuit de Noël, n'est pas une simple conquête de l'homme ou le fruit d'accords politiques ou moins encore d’un comportement de non-agression ; elle est tout d'abord un don divin qu'il faut implorer constamment et, dans le même temps, un engagement à conduire avec patience, en demeurant toujours dociles aux commandements du Seigneur. « Aimer Dieu de tout son cœur et aimer son prochain comme soi-même ». Il est important de rappeler ici que cette vocation s’inscrit au cœur de toute famille humaine. La famille naturelle, fondée sur le mariage entre un homme et une femme, est "le berceau de la vie et de l'amour" et "la première et irremplaçable éducatrice à la paix. Nous sommes tous invités à prendre une conscience plus claire de notre appartenance commune à l'unique famille humaine et à s'employer pour que la convivialité dans notre sanctuaire, dans nos familles, dans nos lieux de vie, soit toujours davantage le reflet de cette conviction, dont dépend l'instauration d'une paix véritable et durable". Jésus qui a pris chair de la Vierge Marie, Mère de Dieu a fait de nous des fils de Dieu par l’Esprit Saint qui crie en Nous « Abba » « Père ». Puisque nous sommes tous frères en Jésus, Dieu nous convie à nous aimer les uns les autres comme lui le Christ nous a aimés, un amour inconditionnel, un amour sacrifice.  Saint Paul aux Corinthiens nous redit en quoi consiste cet amour du prochain :

     J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

     J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.

     J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

      L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;

     il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;

     il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;

     il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

     L’amour ne passera jamais.

    Aimer c’est tout donner et se donner soi-même ! Le Christ crucifié nous enseigne qu’il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux et celles qu’on aime. Pour cette nouvelle année Thérèse nous invite à sortir de nos égoïsmes, de mourir en soi pour donner la vie autour de nous. Par ailleurs nous avons besoin de la petite Thérèse, en ses mains nous mettons nos vies avec nos pauvres faiblesses humaines et toute l’anxiété et les souffrances que certains d’entre nous peuvent endurer. Elle est docteur : le premier rôle du docteur est de soigner la personne malade, les délabrés et les blessés. Nous lui demandons d’être soignés et d’apprendre sa petite voie d’amour et de grâce. Nous avons besoin du regard bienveillant et de la compagnie de ses saints parents, les bienheureux Zélie et Louis Martin. En contemplant la vie de cette remarquable famille Martin, nous voyons que c’est bien dans la prière, dans l’Eucharistie, dans une vie ecclésiale régulière et dans une attention très réaliste aux autres qu’ils ont puisé, au jour le jour, le dynamisme de leur don de soi. Ils sont ainsi les témoins de la joie, de la vraie joie, celle de croire et de vivre dans le Christ.  Nous sommes, nous aussi, appelés à nous décentrer de nous-mêmes, à nous tourner vers les autres et à vivre un véritable don de soi. Louis et Zélie Martin nous montrent la route. Leur fille Thérèse nous démontre combien cette route est simple et belle. Que le Seigneur fasse germer en nous les graines de la sainteté et de la droiture d’esprit, de la sagesse et de la vertu, semées dans nos cœurs humains !

    Notre pensée se tourne à présent naturellement vers la Vierge, que nous invoquons aujourd'hui comme Mère de Dieu. L'Apôtre Paul fait référence au mystère de la maternité divine de Marie, dans la Lettre aux Galates. "Mais quand vint la plénitude du temps - écrit-il - Dieu envoya son Fils né d'une femme, né sujet de la Loi" (Ga 4, 4). En peu de mots, nous trouvons synthétisé le mystère de l'Incarnation du Verbe éternel et la divine maternité de Marie : le grand privilège de la Vierge réside précisément dans le fait d'être la Mère du Fils qui est Dieu. Chers frères et sœurs, nous contemplons aujourd'hui Marie, mère toujours vierge du Fils unique du Père ; nous apprenons d'elle à accueillir l'Enfant qui pour nous est né à Bethléem. Si dans l'Enfant né d'Elle nous reconnaissons le Fils éternel de Dieu et nous l'accueillons comme notre unique Sauveur, nous pouvons être appelés fils de Dieu : fils dans le Fils. L’Apôtre écrit : "Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sujet de la Loi, afin de racheter les sujets de la Loi, afin de nous conférer l'adoption filiale" (Ga 4, 5).

L'évangéliste Luc répète plusieurs fois que la Vierge méditait en silence sur ces événements extraordinaires auxquels Dieu lui avait fait prendre part. A l'école de Marie, toutefois, il est possible de saisir avec le cœur, ce que les yeux et l'esprit ne parviennent pas à percevoir seuls, ni ne peuvent contenir. Il s'agit en effet d'un don si grand que ce n'est que dans la foi qu'il nous est donné de l'accueillir, même en ne le comprenant pas parfaitement. Chers frères et sœurs, ce n'est qu'en conservant dans le cours, c'est-à-dire en mettant ensemble et en trouvant une unité à tout ce que nous vivons, que nous pouvons entrer, à la suite de Marie, dans le mystère d'un Dieu qui par amour s'est fait homme et qui nous appelle à le suivre sur le chemin de l'amour ; un amour à traduire chaque jour en un généreux service pour nos frères. Puisse la nouvelle année, que nous commençons aujourd'hui avec confiance, être un temps au cours duquel nous progressons dans cette connaissance du cœur, qui est la sagesse des saints. Prions pour que, comme nous l'avons entendu dans la première Lecture, le Seigneur "fasse rayonner son visage" sur nous, nous "soit propice" (cf. Nb 6, 24-27), et nous bénisse. Nous pouvons en être certains : si nous ne nous lassons pas de rechercher son visage comme Sainte Thérèse qui sans cesse a fait de sa vie une offrande à l‘amour miséricordieux, si nous ne cédons pas à la tentation du découragement et du doute, si malgré toutes les difficultés que nous rencontrons nous demeurons toujours ancrés à Lui, nous ferons l'expérience de la puissance de son amour et de sa miséricorde. Puisse le fragile Enfant que la Vierge montre aujourd'hui au monde, faire de nous des artisans de paix, ses témoins, témoins du Prince de la Paix. Amen

site officiel du Sanctuaire

de Sainte Rita à Vendeville

NOUS JOINDRE

 

PELERINAGE

SAINTE RITA

DE VENDEVILLE

adresse: 38 rue de Seclin

59175 Vendeville

tél: 03 20 96 06 22

email: pelerinagesainterita

vendeville@orange.fr

 

LE MAGASIN

DU PELERINAGE

 

est ouvert du lundi au samedi

de 9h à 12h30 et

de 14h à 18h,

à partir du 2 Mai 2016,

tous les dimanches

de 9h à 12h30 et

de 14h à 17h30

tél: 03 20 97 91 52

email:

magasin.steritavendeville

@orange.fr

LE SANCTUAIRE

 

 est ouvert tous les jours

sans interruption

de 8h30 à 18h,

et le vendredi jusqu’à 20h

l’EUCHARISTIE

Toutes les messes

sont célébrées dans l’église

 

la semaine:

lundi, mardi, mercredi,

jeudi, vendredi, samedi à 11h

et en plus vendredi à 19h

 

le dimanche:

samedi (messe anticipée) à 18h

dimanche à 9h30 et à 11h

 

 

 

L'ADORATION

DU

SAINT SACREMENT

(dans l'église)

 

Tous les jours de 17h à 18h

 

 

 

LES CONFESSIONS

(dans l'église)

 

Tous les jours de 17h à 18h

 

 

 

Tous les vendredis 

de 14h30 à 18h40

(dans l'église)

 

ADORATION

DU SAINT SACREMENT

à 15h

CHAPELET

DE LA MISERICORDE

 

 

 

CHAPELET AVEC

LE GROUPE PADRE PIO

(dans l’église)

 

Le 3ème vendredi du mois

à 18h suivi de la messe à 19h

 

 

 

LE CHAPELET MEDITE

(dans l'église)

 

Tous les dimanches à 16h00

 

 

 

LE ROSAIRE

(dans l'église)

 

Le premier lundi du mois

après la messe de 11h,

Si ce lundi est férié, la récitation du rosaire est reportée au deuxième lundi.

 

 

LA PRIERE DES MERES

(dans la salle paroissiale)

 

Tous les mardis à 9h30

(sauf vacances scolaires) 

LA BENEDICTION

DES OBJETS DE PIETE

(dans l'église)

est possible à

la fin de chaque messe.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© pelerinagesainteritadevendeville2015